Les grincheux

J’aime les grincheux
Je les aime bien parce qu’ils me touchent. Une blessure pas refermée, un manque de confiance en soi… Les grincheux sont-ils de grands sensibles qui n’en sont pas conscients ou n’osent le révéler?
Pourtant on ne nait pas grincheux à part notre Grincheux à tous, celui de Blanche Neige. N’empêche, il est bien content d’avoir son bisou à la fin de l’histoire. Ah là là, le Grincheux, quel grincheux tout de même!

Mais revenons à nos grincheux. Avez vous remarqué comme rien ne va jamais comme il faut? L’éternel débat autour du verre à moitié vide ou à moitié plein. Soit dit en passant, un jour j’ai surpris un jovial en tran de siffler le fameux verre sous les yeux horrifiés du grincheux. Pour le coup il était tout à fait vide ou plus rempli du tout.

C’est étrange cette sensation que je ressens à présent que j’arrive au terme de ce billet. Je me rends compte que je n’ai pas eu mon bisou ce matin, et ça me rend grincheux.