Mais pourquoi me regarde-t-elle comme à la fin? La biche vient de marquer un temps d’arrêt, elle me fixe à présent, immobile. Je rêve, je crois qu’elle me sourit.

– Non ne pars pas, reste encore un peu, on est bien là,  hors du temps et de l’espace. Rien n’existe plus que ton regard posé sur moi. Que fais-tu dans cette clairière? Et moi, pourquoi suis-je là?

Ne bouge pas me dis-je, ne songe même pas à respirer tu romprais le charme.

– Bonjour jolie biche, veux tu se promener avec moi?

Elle me sourit encore, et se range à mes côtés. Quelle merveilleuse journée  pensais-je à l’instant précis où marchant sur une branche morte je la vois disparaître aussi vite qu’elle était arrivée.